Sommaire

Avec l'usage, toute VMC s'encrasse. Elle devient moins efficace, plus bruyante. Le déséquilibre des débits peut aussi conduire à une augmentation de la consommation de chauffage.

Dans le cas d'une VMC double flux, une contamination de l'air qu'elle insuffle est même possible. Autant de raisons pour ne pas négliger l'entretien et nettoyer ses composantes régulièrement.

VMC : entretien régulier à faire soi-même

Voici quelques conseils afin de réussir l'entretien de votre VMC :

  • Bouches d'extraction des pièces de service : à nettoyer idéalement une fois par trimestre : démontez-les, lavez-les à l'eau chaude additionnée de liquide vaisselle, rincez et refixez.
  • Entrées d'air : dépoussiérez-les (par exemple en utilisant le suceur de l'aspirateur) ou lavez-les régulièrement. Attention toutefois : pour ne pas nuire à leur fonctionnement, il ne faut pas mouiller les parties fixes des entrées d'air hygroréglables.
  • L'échangeur d'une VMC double flux comporte des filtres (comparables à ceux d'une hotte de cuisine). Nettoyez-les une fois par an et changez-les si besoin.
  • Certaines bouches d'évacuation fonctionnent sur piles, par exemple les bouches de la cuisine ou des WC d'une VMC simple flux hygroréglable. Ces piles doivent être changées en moyenne tous les deux ans.

 

VMC : l'entretien complet à confier à un pro

Tous les trois ans au maximum, confiez l'entretien complet de votre VMC à un professionnel :

  • nettoyage,
  • maintien des gaines et du caisson bloc moteur en combles,
  • vérification des entrées d'air neuf et pièces de tirage et dépression.

Il faut compter environ 130 € pour une installation classique avec accès sécurisé. Dans un immeuble, le coût est moindre (20 à 25 € par appartement et par an).

Prix VMC

Article

Lire l'article Ooreka

Nous pouvons si vous le souhaitez, vous mettre en relation avec un ou plusieurs spécialistes de la VMC. Ils pourront vous proposer un devis gratuit et sans engagement.

Ces pros peuvent vous aider