Bloc VMC Installé dans le couloir en face des chambres, quels recours?

Question détaillée

Question posée le 19/03/2017 par Lhsophie

Bonjour,

Dans le cadre d'une rénovation d'appartement, nous avons eu la désagréable surprise de nous rendre compte que le bloc VMC simple flux n'a pas été mis dans les combles mais dans le couloir juste en face des chambres!!! Bonjour le bruit CONTINU! (travaux non réceptionnés)

Nous avons appelé la marque qui nous a indiqué que cette pose était étonnante.... vu qu'il y a des combles à quelques centimètres au dessus mais que néanmoins, rien n'interdisait, selon la notice, que ce bloc soit installé en intérieur.

Par contre, dans la notice technique qu'ils nous ont fournie, il est stipulé que le bloc VMC doit obligatoirement être suspendu à la charpente... or là, il est suspendu, par sa jolie ficelle, à un morceau de rail de faux plafond.

L'artisan qui l'a posé là nous affirme que ce bloc VMC doit être mis dans une zone chauffée et qu'il ne peut être mis dans les combles (ce que dément formellement un " partenaire confiance" de la marque).

L'architecte, lui, nous dit que nous n'avons qu'à fabriquer un caisson isolé phoniquement, ce qui nous semble très difficile vu l'espace restreint autour de ce bloc VMC (entre deux murs et au dessus du chauffe eau) et sa complexité (tuyaux dans tous les sens) et de son caractère "démontable" pour l'entretien de bloc.

Dans ces conditions, pouvons-nous EXIGER que ce bloc soit déplacé dans les combles vu que ni l'architecte ni l'artisan ne nous ont indiqué que ce bloc VMC serait source de nuisance installé là (manque à leur devoir de conseil)

Merci pour vos retours.

Signaler cette question

5 réponses d'expert

Réponse envoyée le 19/03/2017 par Banzaï

Bonsoir Sophie
Je pense qu'il faut taper fort car vous semblez avoir à faire à des gugus (architecte et artisan) qui vous prennent pour une neu-neu !
D'abord êtes vous locataire ou propriétaire ? Si vous êtes locataire il faut voir avec le proprio.
Que dit la copropriété ? Elle a son rôle aussi.
Sinon et à mon avis, c'est courrier RAR avec photos à la Préfecture / DDASS. Décrivez y bien votre problème et ses nuisances avec noms et adresses. N'oubliez pas l'avis du fabricant.
Il y a aussi le devoir de résultat de l'artisan / architecte et celui-ci sous entend une installation correcte ... ce qui n'est pas le cas.
Faites aussi un courrier RAR vers l'architecte et l'artisan les mettant en demeure de modifier leur installation qui ne correspond à aucun document contractuel avec vous et dont l'installation est hors norme selon le fabricant. Rappelez y leur devoir de résultat.
Cordialement

Signaler cette réponse
6

personnes ont trouvé cette réponse utile

4 commentaires

Commentaire posté le 19/03/2017 par Anonyme

Bonsoir et merci pour cette réponse rapide.

Nous sommes propriétaires de ce bien que nous avons confié à un architecte (contrat de maîtrise d'œuvre en bonne et dûe forme) et à des artisans pour rénovation.
Le bas est un local professionnel, le haut un appartement (pas de co-propriété).

Je pense que vous avez raison, ils nous prennent pour des abrutis... :-)
Mais c'est vrai aussi que n'étant pas de la partie on se demande toujours si un élément important ne nous aurait pas échappé...

Ils m'ont tellement énervée, et pas qu'à ce sujet, que j'ai envoyé vendredi une LRAR de mise en demeure à l'architecte.
Je n'ai rien envoyé à l'artisan, pour l'instant, car contractuellement TOUT doit passer par l'architecte.

Je vous tiens au courant des suites.
@+

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 20/03/2017 par Banzaï

Bonjour Sophie
N'hésitez pas à mettre aussi l'artisan devant ses responsabilités car lui aussi vous mène en bateau avec la 4° phrase de votre question "l'artisan... affirme ..".
De par son "expérience" il doit être à même de contredire éventuellement l'architecte surtout avec l'avis du fabricant. Il ne l'a pas fait il est donc complice !
Et la contractualité de ne s'adresser qu'à l'architecte ... si cela devait aller en justice vous verrez qu'ils vont se renvoyer la balle "ce n'est pas moi ... c'est lui !" !
Menacez de faire intervenir un huissier et si vous deviez le faire (300 € au pif), rappelez vous (et ils le savent aussi, quitte à leur rappeler) qu'un constat d'huissier est recevable directement par la Justice, contrairement à celui d'un expert simple (sous entendu pas commissionné par un juge).
Vous leur communiquez le constat et portez plainte !
Cordialement

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 24/03/2017 par Anonyme

Bonjour à tous,

Quelques retours concernant ma LRAR... pas ceux attendus, je vous le dis tout de suite.

Sur la messagerie du portable, l'architecte nous a dit qu'il fallait signer un avenant au contrat pour ses honoraires ainsi qu'un devis pour la réalisation du caisson autour cette VMC. Il prétend, en effet, que ce sont des travaux COMPLEMENTAIRES.
Idem, visiblement s'il y a reprise au niveau de l'ITE!!! Pour ceux qui ont suivi mon autre question.

Par courriel, je lui ai écrit ceci:
"Pour être plus claire, M ****, artisan, se doit de réaliser un travail "dans les règles de l'art" et vous, en tant qu'architecte (contrat de Maîtrise d'Oeuvre) vous vous devez de suivre les travaux et de faire en sorte qu'ils soient réalisés "dans les règles de l'art".

Par ailleurs, étant tous les deux tenus à une OBLIGATION de CONSEIL et de RESULTAT vis à vis de nous, je ne vois pas où, avant la réception des travaux nous sommes là pour faire un listing de ce que vous présentez comme des exigences (abusives?) de notre part!
Que chacun fasse son travail correctement... et tout le monde sera content.

Cela vaut pour l'ITE, les tablettes, les blocs portes, le bloc VMC, l'escalier de toit... liste non exhaustive!"


Voilà sa réponse:
"Quelques rappels, les responsabilités sont bien distinctes.
Maîtrise d'ouvrage : décideur
Maîtrise d'oeuvre : obligation de moyen
Entreprise : obligation de résultat"

Des retours, conseils, commentaires?

Merci en tous cas de m'avoir lue.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 24/03/2017 par Banzaï

Bonsoir
Le décideur c'est vous ... puique c'est vous qui payer, mais ceux qui ont la "connaisance" c'est le maitre d'oeuvre et l'entreprise ... pas vous ! Sinon à quoi bon les utiliser ?
Donc vous décidez en fonction de ce que l'on vous dit ... et là il y a des oublis de leur part.
Le maitre d'oeuvre étant payé, il a aussi un devoir de résultat pour le travail qu'on lui demande ! ET là aussi il a oublié pas mal de choses de son école !
Cordialement

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 19/03/2017 par yves bouxirot

Bonjour,
très étonnante votre histoire... hormis pour un échangeur de VMC double flux qui doit être installé en volume chauffé, il n'y a rien qui interdit de placer la motorisation d'une VMC simple flux dans les combles (local non chauffé), et c'est même recommandé contre les nuisances acoustiques que vous soulignez. C'est encore plus étonnant de constater que l'architecte ne bouge pas, assure-t-il la mission de maîtrise d'oeuvre ou l'avez-vous consulté en dehors ? Si oui, je vous conseille de lui écrire un courrier en lettre recommandé avec AR, avec copie à l'ordre des architectes, précisant que vous lui demandez de réaliser son travail de suivi de chantier avec plus de rigueur.
Cdlt

Signaler cette réponse
6

personnes ont trouvé cette réponse utile

1 commentaire

Commentaire posté le 19/03/2017 par Anonyme

Bonsoir et merci aussi pour votre réponse.

C'est l'employé de l'artisan qui nous a dit qu'il était impossible de l'installer dans les combles, sans doute pour couper court à nos interrogations.

Le "partenaire confiance" de la marque, qui m'a répondu très gentillement, m'a dit qu'avec la différence de température, ça pouvait couler... mais qu'il suffisait juste alors, dans ce cas, d'isoler la gaine voire de mettre le bloc VMC entre deux couches de laine de verre. Pour lui, seule une impossibilité technique pouvait empêcher de mettre la VMC dans les combles (il n'a pas vu le bien).

En y regardant de plus près, à 50 cm du bloc VMC, il y a déjà un accès aux combles (trou dans la dalle de béton), qui laisse passer une gaine de la VMC du rez de chaussée! Le trou est "grand", "carré" (comblé par de la laine de verre), la gaine en place est ronde... avec un peu de bonne volonté (et de technique), il ne doit pas être si impossible que ça de placer ce bloc VMC dans les combles!

La question du "pourquoi l'architecte ne bouge pas" reste entière... sauf qu'il ne bouge pour RIEN.
Qu'on lui signale un problème au niveau de portes (posées neuves avec le cadre) qu'il est impossible de dégonder, il nous dit que ce n'est pas les bonnes portes et qu'elles ont été posées sans son aval! La position de l'artisan qui consiste à dire qu'on n'a qu'à dévisser les paumelles lui semble tout à fait satisfaisante!

Autre exemple, on attend des reprises de travaux sur l'isolation extérieure depuis juin dernier. Il a laissé "pourrir" la situation pendant des mois, puis a donné une date butoire fin janvier, puis à cause du gel fin février et depuis, toujours rien. Je lui envoie un mail pour savoir où on va, il me répond: "Le temps s'adoucit en effet, Merci à Monsieur *** (artisan) qui nous lit en copie de nous informer d'une date d'intervention."!!! Ça fait 5 jours et toujours pas de réponse de l'artisan...
Et tout est comme ça, à l'avenant...
J'ai "craqué" vendredi et lui ai envoyé une LRAR de mise en demeure.
S'il ne bouge pas ou pas suffisamment, je vais envoyer un courrier à l'ordre des architectes comme vous me le suggérez.

Encore merci.
Je vous tiens au courant des suites données.

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 20/03/2017 par ACTES

bonjour,
tout le monde semble mouillé :
l'archi, le poseur de VMC, le bureau de contrôle,
en effet, un rail de plafond n'est pas fait pour porter autre chose qu'un plafond (à fortiori un appareil vibrant), c'est ce qui crée un effet de membrane se transmettant aux placo qui joue un role d'amplification.
ensuite ce rail n'est pas dimensionné pour, il y a donc un risque structurel induit.

cela ressemble à du bricolage.

écrivez un LRAR à la maitrise d’œuvre, avec cette réserve. par contre vous ne précisez pas votre position : êtes vous maitre d'ouvrage ou occupant du logement?

cordialement

F.M.

Signaler cette réponse
6

personnes ont trouvé cette réponse utile

11 commentaires

Commentaire posté le 20/03/2017 par Anonyme

Bonjour,

Vous m'avez répondu hier concernant une autre question ("malfaçon sur ITE en rénovation, comment réagir?° où je laissais entendre que l'ITE n'était pas mon seul problème...

Je suis donc, pour vous répondre, maître d'ouvrage et (futur) occupant du logement en question.

Concernant le rail du faux plafond, où est accrochée la VMC, en fait, ils en ont tordu un bout, en fin du faux plafond, et en ont fait un support.

Une question à mon tour, qu'est-ce qu'un bureau de contrôle? (Véritas, si c'est ça, a dû coordonner pour la sécurité, je crois, les entreprises au début du chantier. Ils n'interviennent plus depuis des mois...).

Merci de vos réponses.
Cordialement.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 20/03/2017 par ACTES

bonjour,
parmi les acteurs de la construction,tous sont indispensables, certains sont "agglomérables", mais les responsabilités restent : ainsi, le bureau de contrôle vérifie les notes de calcul, l'adéquation avec les normes et les règles de l'art. Veritas dans votre cas est CSPS, c'est-à-dire qu'il coordonne la sécurité des personnes employées sur le chantier.
lors des signatures de marché, vous avez l'obligation légale de prendre une Dommage-ouvrage, cette assurance à du vous demander de prendre certains bureaux d'études, ou de contrôle.
elle peut limiter sa demande au seul maitre d’œuvre ou architecte.
il se peut que celui-ci n'ait pas vu le problème, ou l'accepte.
il est donc responsable en fin du chantier (celui-ci n'étant pas terminé, il va probablement mettre en réserve la vmc après votre LRAR)

cdlt
F.M.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 21/03/2017 par Anonyme

Bonjour,

Merci pour ces rêponses, je vais éplucher le contrat de MO.

Sur le fait que l'architecte fasse des réserves, j'ai des doutes (sauf peut être avec la LRAR) pour plusieurs raisons.
En épluchant les PB de chantier, j'ai trouvé, sur des travaux déjà réceptionnés, où il ne nous a fait mettre aucune réserve (on en avait mis et il les a fait "sauter", arguant que toute reprise de travaux aurait retardé notre activité (ce qui était vrai). On a donc "cédé"...) je me suis donc aperçue que les fenêtres avaient été livrées en 8,5 alors que ça devait être du 12,5, les murs faisant du 9.
Je ne comprends pas bien ce que ça implique mais on aurait aimé être clairement avertis.
De plus, une fenêtre a êté livrée non adaptée à la pièce, les gonds étant au niveau des cloisons. Idem, on n'a rien su... mais on l'a découvert en carrelant la salle de bain où il a fallu faire des découpes dans le carrelage pour qu'elle puisse "basculer". C'était plus complexe et, disons-le peu esthétique.

Pour la VMC, l'architecte a dit à mon ami que ça ne se mettait pas en intérieur ( il n'a pas confirmé par écrit malgré une question posée par mail); sur le PV de chantier il a juste écrit "pose définitive?" et nous dit : vous n'avez qu'à faire un caisson...

Pour l'ITE, sur un PV de chantier, j'ai vu qu'à un endroit, il y aurait des ponts thermiques (pour qu'il le dise, l'écrive, c'est qu'il doit y avoir un vrai problème!!!). Par contre, il ne fait pas faire ou refaire les travaux, il les mets sous notre surveillance, à nous de faire marcher la garantie décennale au besoin (travaux non réceptionnés). Donc là aussi, j'ai de gros doutes et m'interroge.

Il y a encore d'autres points, je prendrai le temps de les développer, ici où en écrivant d'autres questions pour que ce ne soit pas trop "brouillon".
Encore merci à tous et bonne journée.
@+

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 21/03/2017 par Banzaï

Bonjour Sophie
Je suis scandalisé, outré, que l’architecte ait eu le culot de vous intimer de retirer vos réserves. Perso et même si vous n'avez plus de preuves, je dénoncerais cela à son ordre des architectes !!!!!
Cordialement

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 22/03/2017 par Anonyme

Bonjour Jackÿ,

Pour être exacte, les réserves portaient sur un bas de porte d'entrée tout abîmé.
En cours de travaux, les ouvriers ont dû accrocher le battant de la porte et un morceau d'aluminium rayait le seuil à chaque ouverture/fermeture.
Je leur ai proposé de passer par l'autre porte d'entrée située à moins de 10 m... mais c'est comme si je n'avais rien dit. Le temps que l'architecte demande à l'entreprise de repasser... et qu'elle repasse, le seuil était bien abîmé.
Des semaines (mois?) ont passé avant qu'on ne me demande de réceptionner les travaux et là, comme je rereredisais que le seuil était abîmé, on m'a dit qu'il était impossible de le changer, sans tout refaire et prendre du retard sur l'ouverture de notre activité. C'était vrai.
Bon, là, c'est trop tard, je ferai donc avec.
Par contre, la même chose me semble-t-il se reproduit en haut dans le sens où l'architecte est prévenu depuis des mois des problèmes qui surviennent, qu'il ne fait rien pour y remédier (pas de travaux depuis juin dernier!) et que quand il va nous proposer de réceptionner les travaux, là encore, il va nous dire qu'on ne peut mettre de réserves sinon on repart encore pour des semaines et des semaines de travaux.

Ça sera aussi vrai mais là, en discutant avec vous, je me rends compte que ce qui arrive n'est pas normal; que quand il me dit c'est de la "rénovation" (sous entendu il ne faut pas être exigeante) il se fiche de nous.
De même, il me dit que les devis n'étaient pas chers, ce qui explique cela...
Moi je n'ai pas fait les devis, je les ai juste acceptés.
Bref, je pense me battre cette fois-ci.

Merci encore de votre aide, ça fait du bien d'avoir des avis extérieurs, objectifs et argumentés!
@+

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 22/03/2017 par ACTES

bonjour,
votre chantier est effectivement en "roue libre"
saisissez l'ordre des architectes avec vos documents afin d'éclaircir impartialement la situation.vous comprendrez qu'il est difficile de se prononcer sur les seuls éléments de ce forum.
demandez une conciliation. cela débouchera probablement sur l'intervention de l'assurance.
cordialement
F.M.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 22/03/2017 par Anonyme

Bonjour,

Ma profession étant aussi régie par un Ordre professionnel, avec lequel je n'ai jamais eu de soucis, j'aimerais bien, si possible, éviter cette épreuve à ce jeune cabinet d'architecte.

Évidemment, je suis d'accord avec vous, ce n'est pas un forum, aussi "Pro" soit-il qui peut tout régler... voire faire à ma place.
Par contre, aux vues des éléments donnés (il y a encore deux autres points de litige), pensez-vous qu'une autre voie soit possible?
Ma LRAR a été envoyée un peu dans le but de créer un électrochoc avant le point de non retour.
J'ai reçu, pour l'instant, en copie, un mail où l'architecte demande à l'artisan quand ce dernier sera disponible pour des retouches.
Réponse : courant semaine prochaine.
Réponse de l'architecte: quand vous saurez, pouvez-vois nous donner une date?

Je n'ai pas l'impression d'avoir créé l'électrochoc attendu...

Merci de vos retours.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 22/03/2017 par ACTES

bonjour lhsophie
l'ordre n'est pas la que pour punir. il permet de "huiler" la communication. il remet les circonstances dans le droit chemin et permet de recréer un dialogue sans ressentiment. (mais cela n,'est peut-être pas possible dans votre secteur)

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 21/04/2017 par Anonyme

Bonjour,

Me voilà de retour, après avoir "épluché" notre dossier (PV de chantier, PV de réception, factures" et je ne m'en relève pas....
Je crois qu'on peut parler de "dols" voire d'"escroquerie".
Je peux vous donner quelques exemples si ça peut servir à comprendre le dossier ou aider les internautes à se méfier...

Bref, j'ai donc suivi votre conseil et ai écrit à l'ordre régional des architectes pour une conciliation car elle est exigée, par contrat, avant toute action en justice.

Et bien tenez-vous bien, cette conciliation m'est purement et simplement REFUSÉE.
J'ai envoyé, à l'ordre, un courriel d'abord (détails, factures, photos,...) que j'ai confirmé par une LRAR.
J'attends leur retour ÉCRIT.

Pas de retour concernant ma mise en demeure à l'architecte...

Si vous avez des conseils, je suis prête à vous lire.

Bonne journée.
lhsophie.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 21/04/2017 par lyseconcept

Bonjour cela ne m'étonne pas c'(est ainsi en France.
Sur papier on vous allèche avec des tas de proposition de protection mais quand on passe à l'acte il n'y a personne.
Faites intervenir Julien Courbet sur RTL (je ne fais pas de PUB) mais si votre histoire passe à la radio là l'ordre se bouge un peu.
Surout avec tout ce que vous venez de décrire : mensonge arnaque tromperie et qotute ce que l'on veut
Je l'écoute tous les jours et votre cas est similiaire à bien d'autres qu'ils arrivent lui et sa bande d'avocat à résoudre
Mais là ils ont fait fort

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 21/04/2017 par Anonyme

> Faites intervenir Julien Courbet sur RTL
J'y pense de plus en plus pour tout vous dire...

Mais c'est quand même malheureux de ne pouvoir faire confiance à personne, même pas à des PRO!
C'est à se demander QUI travaille correctement/consciencieusement à l'heure actuelle...

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 21/03/2017 par lyseconcept

Bonjour
Là on frole l'incompétence, voir plus
Déjà enlevez ce caissson de là puisque tout ce qu'il va extraire va être renflouer dans l'appartement.
Mais certainement que toutes les conduites d'air raccordées au caisson sont apparentes également.
Il faut repenser sérieusement cette extraction .
Vous parlez d'appartement pouvez vous nous donner plus de renseignements: étage, rdc,
La VMC est elle obligatoire ?

Signaler cette réponse
2

personnes ont trouvé cette réponse utile

3 commentaires

Commentaire posté le 21/03/2017 par Anonyme

Bonsoir,

La technique n'est pas mon fort, mais il me semble bien qu'une gaine passe dans les combles et est donc bien reliée à l'extérieur.
Je ne visualise plus où elle passe exactement dans la dalle du plafond, donc j'irai vérifier.
Les autres gaines passent dans le faux plafond du couloir puis sont distribuées dans les pièces "humides".
L'appartement est situé au dessus d'un local professionnel qui nous appartient aussi.

> La VMC est elle obligatoire?
Je n'en sais rien du tout...
On a refait une isolation par l'extérieur, changé portes et fenêtres, c'est tout ce que je peux vous dire.

@+ et merci.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 22/03/2017 par lyseconcept

Bonjour
Là on avance un peu
Il faut vérifier si l'extraction de cette vmc refoule sur l'extérieur ou simplement dans le comble.
Le problème de la rénovation des ouvertures c'est qu'il n'y a plus de courant d'air naturel.
Mais une meilleure récupération de chaleur
Sans extraction d'air vicié vous allez vous retrouver devant des taches d'humidité et respirer de l'air vicié en permanence
Mais avec une usine à gaz comme celle que vous présentez vous allez perdre tous les bénéficies cités ci dessus
Peut être revoir la caractéristique de l'extracteur par un plus petit donc plus facilement posable et moins de bruit même dans les combles
N'hésitez pas à faire venir plusieurs opérateurs de la chose vous aurez ainsi tout et son contraire et avec les avis des experts vous pourrez enfin prendre une bonne décision
Bon courage prenez votre temps de la réflexion

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 22/03/2017 par Anonyme

Bonjour,

L'extracteur en question est un Eolix de chez Atlantic.
Il n'est pas très gros, ni très bruyant, en soi.
Ce qui est gênant, c'est la proximité directe des chambres.
Je pense que dans les combles, il ne serait vraiment pas gênant.

Par contre, n'étant pas du tout de la partie je ne sais pas s'il est adapté, mais d'après la notice, il semble que oui (nombre de pièces,...).

L'entreprise qui l'a posé avait fait (pour un oeil non expert, s'entend) du bon travail dans le local professionnel du bas. J'ai du mal à comprendre ce qu'ils ont fait là, en haut, et ce "mur d'inertie et d'incompréhension" auquel on se heurte.
Techniquement, il me semble assez simple de déplacer cette VMC dans les combles... Notre sommeil en sera bien plus paisible!!!
On change les fenêtres, on fait une isolation par l'extérieur, on a les chambres côté jardin, ce n'est pas pour avoir une VMC bruyante dans le couloir!

Bonne journée.

Signaler ce commentaire

Réponse envoyée le 21/04/2017 par un Ancien expert Ooreka

Bonjour
un peu d'accord avec Jacky Rbt si vous êtes copropriétaire dans un petit
immeuble il faut avoir l'accord du syndic pour mettre le groupe
dans les combles.
Actuellement l'air extrait est évacué ou ?
Cdt

Signaler cette réponse
0

personnes ont trouvé cette réponse utile

2 commentaires

Commentaire posté le 21/04/2017 par Anonyme

Bonjour,
En fait, nous avons tout l'"immeuble" (rez de chaussée = locaux professionnels; étage : appartement.).
La pose dans les combles ne pose donc pas de problème à priori.
Là, maintenant,l'air est évacué au niveau du toit, en passant le tuyau d'évacuation dans les combles.

L'entreprise et l'architecte sont venus ce matin, ils vont faire des carottages dans la dalle de béton pour placer la VMC dans les combles.
Affaire à suivre.
Mais il y a tout le reste... avec là des entreprises/artisans qui, eux ne tiennent pas la route.

Signaler ce commentaire

Commentaire posté le 21/04/2017 par

Bonjour
merci pour ces précisions
Cdt

Signaler ce commentaire

Ooreka vous remercie de votre participation à ces échanges. Cependant, nous avons décidé de fermer le service Questions/Réponses. Ainsi, il n'est plus possible de répondre aux questions et aux commentaires. Nous espérons malgré tout que ces échanges ont pu vous être utile. À bientôt pour de nouvelles aventures avec Ooreka !

Ces pros peuvent vous aider